aucun commentaire pour l'instant

Les dimensions du silence

Le silence est mortel, mais pour qui ?

Dans toute situation injuste, la victime reste sous l’emprise de l’oppresseur. La victime peut être forcée de faire taire leur voix, tandis que l’oppresseur supprime les droits de leur victime. Par exemple : Un mari peut forcer sa femme à rester à la maison contre sa volonté en la menaçant de coups de poing, car cela lui procure du plaisir de voir qu’il peut exercer ce pouvoir mal placé sur un autre individu.

Quel est vraiment le rôle du silence ?

Souvent, dans les cas de violence domestique, le silence est utilisé comme une étape vers le gaslighting. « Lorsqu’une personne se fait régulièrement dire de se taire par un auteur de violence, elle commence à se demander si ses inquiétudes sont valables ou si elle ne fait que se victimiser et adopter un comportement « axé sur l’attention ». Dans certaines communautés, le rôle du silence – en ce qui concerne la violence domestique – implique souvent la conviction déplacée de l’oppresseur qu’il est naturellement supérieur à sa victime. Par exemple, dans certaines communautés, les hommes sont conditionnés pour croire qu’ils sont supérieurs aux femmes. Cela conduit un oppresseur à travailler agressivement pour faire taire toute affirmation selon laquelle il est, en fait, oppressif envers son partenaire ou ses enfants, car il ne veut pas que de telles affirmations menacent ce qu’il perçoit à tort comme étant sa place naturelle.

En outre, la culture du silence, qui consiste à dire à la victime de ne pas parler de son expérience traumatique, est souvent présente en raison de la stigmatisation qui entoure le fait de parler. Lorsqu’une victime parle, elle est souvent visée par des préjugés amplifiés et des ragots. On dit à ces victimes de se taire pour préserver l’image de la famille, ou pour que la famille évite des procédures telles que le dépôt d’une plainte pour violence domestique et les procédures judiciaires. Ces conséquences communautaires malheureuses font qu’il est difficile pour de nombreuses victimes de parler de leur traumatisme.

Le Centre Amal et le silence

Le Centre Amal joue un rôle essentiel pour briser le cycle du silence. Ils reconnaissent la force qu’il faut avoir pour élever la voix, que ce soit auprès d’un ami ou des autorités. Grâce à leur approche emphatique dans le traitement des cas, ils ont pu reconnaître l’importance des techniques d’écoute efficaces et la charge supportée par les Écoutants communautaires. Ayant compris que le silence est souvent brisé par des chuchotements dans les réseaux informels, le Centre Amal a investi dans le développement d’une boîte à outils pour les Écoutants qui font partie de réseaux de soutien informels. Leur trousse d’outils donne une nouvelle dimension au rôle du silence – le silence des Écoutants peut soulager la voix des victimes.

L’utilisation du silence : Concentrez-vous sur ce qu’ils disent et non sur ce que vous voulez dire ensuite. » (Trousse d’outils, p.10)

__

À propos de l’auteur:

Hifza Randhawa est étudiante en neurosciences de deuxième année à l’Université McGill. Elle est passionnée par les droits des femmes, les études neuroscientifiques, les arts martiaux et la philosophie. Dans son temps libre (qui existe rarement), elle aime lire, méditer, faire du vélo, faire des arts martiaux, ou bien rire avec ses amis.

toto slot togel 4D Bandar togel online Terpercaya Situs togel 4D SGP Toto Macau Togel Bandar togel Terpercaya Bandar Togel toto slot Situs toto togel 4D Situs Togel Terpercaya situs toto togel 4d toto slot togel terpercaya Bandar Togel Terpercaya casino togel online Situs Togel SGP 4D bandar togel terpercaya situs togel BO toto Macau Judi Slot Pulsa Gacor Situs Judi Slot Pulsa Gacor